Informations

Anacardier

Emmanuelle, membre du SPN, continue de nous faire voyager en Guyane, à la découverte des plantes locales. Retrouvez une plante différente tous les mois !

Je souhaite aujourd’hui, vous présenter l’Anacardier
Quand je suis arrivée en Guyane, j’ai trouvé cet arbre dans mon jardin et me suis demandée de quelle espèce il s’agissait. 
J’ai attendu de voir arriver le fruit, pour enfin savoir 

Alors quel est donc cet arbre et que donne til comme fruit ou plus précisément comme fruit à coques (ou oléagineux) ?

Alors, facile, le nom de l’arbre est dans mon titre : l’anacardier ; et pour le reste ?
Je vous avoue que son nom ne m’est pas apparu immédiatement.  Il est vrai qu’en métropole je n’en avais évidemment jamais vu pousser, même si j’en consomme régulièrement. Il est bien connu de tous. Si si ! Regardez bien ce qui pend du fruit (ou plutôt du pédoncule). Alors ? C’est ….

la noix de cajou. Et oui ! Je vous avoue avoir pris un certain plaisir à regarder ce fruit se développer. 

Nom botanique Anacardium occidentale

Famille Anacardiaceae

Description Arbre fruitier exotique 

Partie utilisée Fruit, amande (au sens botanique, le terme amande a la valeur générale de « graine contenue dans le noyau d’une drupe »*) 

L’anacardier vient du mot anacarde qui est dérivé du grec ana- (de bas en haut) et -kardia (cœur) qui signifie « cœur la tête en bas » certainement dû à sa forme. Il existe 8 espèces d’Anacardium. 
L’Anacardium occidentale est cultivé dans de nombreuses régions. C’est un arbre à la cime évasée entre 6 et 12 m de haut.

L’Anacardier produit un fruit, la « pomme de cajou » ou plutôt un « faux-fruit » appelé le pédoncule floral de la noix.
Ce pédoncule est charnu, mou en forme de poire, de couleur jaune ou rouge. La « pomme de cajou » est consommée en Guyane ou au Brésil crue, cuite, en jus. En Guyane on en fait également des confitures de pomme cajou. On peut également le consommer en jus, confiture ou sirop. 

La noix, elle, est composée d’une coque elle-même composée de deux coquilles, de couleur verdâtre/ marron. La coque contient une résine phénolique caustique (urushiol) appelé baume de cajou, résine très acide, très corrosive et toxique. C’est une phytotoxine produite par l’arbre afin de se protéger. 

Le fruit ne fournit qu’une seule noix qu’il faut donc récolter une à une. Avant de consommer les noix, on les fait sécher puis griller afin de faire disparaître les substances toxiques présentes dans les coques, puis on les décortique et on les mange. 

Le fait de voir pousser ces fruits et de constater qu’une seule noix est produite par fruit m’a permis de comprendre la raison du prix des noix de cajou.

Quels sont les bienfaits de l’Anacardier ?

Bienfaits de la noix 

Les noix offrent de multiples avantages pour la santé en raison de leur profil nutritif. 
Les noix de cajou auraient un effet hypocholestérolémiant et diminueraient le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2. C’est également une bonne source d’antioxydant.

  • Excellente source de lipides (49%) dont une majorité de mono-insaturés (29%) avec une prédominance d’acide gras oléique (oméga-9). Les oméga 9 jouent un rôle dans la protection cardiovasculaire et dans la réduction du LDL cholestérol. Les acides linoléique (oméga-6) et linolénique (oméga-3) sont également présents à des taux non négligeables. 
  • Riche en phytostérols, la structure s’apparente à celle du cholestérol. Stérol végétal qui présente différents intérêts pour la santé et notamment une action sur la régulation du taux de cholestérol sanguin. 
  • Protéines (20%) 
  • Index glycémique faible
  • Contient des fibres (favorisent le transit) notamment en fibres solubles (action sur la santé cardio-vasculaire)
  • Riches en minéraux et vitamines
    • Magnésium 
    • Phosphore
    • Sélénium 
    • Vitamine K
  • Contient également
    • Cuivre
    • Fer
    • Zinc
    • Manganèse
    • Vitamine B (notamment la vitamine B9)
    • Vitamine E 

Les bienfaits ne s’arrêtent pas à la noix.

Propriétés de l’écorce

  • La feuille et l’écorce possèdent des propriétés hypoglycémiantes dues à la présence de flavonoïdes, de dérivés terpéniques et de tanins.
  • L’arbre fournit une « gomme résine » qui s’écoule du tronc : la gomme d’anacarde (pouvoir adoucissant, cicatrisant et émollient). La gomme, comme les mucilages, absorbe de grandes quantités d’eau, produisant une masse gélatineuse pouvant être utilisée pour calmer les tissus enflammés. 

Qualités de la « pomme cajou »

  • Astringente
  • Riche en vitamine C (4 fois plus riche que l’orange) et autres antioxydants comme les flavonoïdes et les caroténoïdes
  • Le jus est anti inflammatoire, anti diarrhéique 
  • Hypertenseur
  • Riche en fibres et en tanins 

La « pomme cajou » est peu valorisée certainement dû à son goût aigre et astringent.

Le baume de cajou 

  • L’huile caustique de la noix de cajou active la guérison des cors et des verrues.
  • Utilisé dans la fabrication d’encres, de vernis de protection, d’insecticides, de peintures etc. Il est utilisé comme vernis en Chine.

Les noix de cajou sont riches en nutriments, ainsi, elles ont leur place dans une alimentation saine, cependant leur consommation devra être raisonnable compte tenu de leurs richesses. Le PNSS (Programme National Nutrition Santé) recommande une poignée de fruits oléagineux (la source d’oléagineux est à varier) par jour (environ 15 à 20 grammes). 

La noix de cajou a un potentiel allergène élevé et peut générer des allergies chez les personnes sensibles, voir des réactions allergiques croisées avec les amandes, noisettes, noix du Brésil, amandes, pistaches.  La noix de cajou est également riche en oxalate (être attentif en cas de calculs rénaux) et en vitamine K (être attentif si prise d’anticoagulant).

Ces informations sont données à titre informatif, et ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. Pour tout usage, consultez un professionnel.

Emmanuelle GERNOT
Natur’Eau’Terre
CONSEILLÈRE EN NATUROPATHIE
https://emmanuellegernotnaturopathie.fr
natureauterre@gmail.com

*Drupe

Fruit indéhiscent dans lequel une partie charnue externe entoure une seule coque d’endocarpe durci avec une graine à l’intérieur.

 

Sources :
« Le Guide de Phytothérapie Créole » J.L Longuefosse
Wikipédia