Réglementaire

Techniques naturelles et législation : un point sur l’aromathérapie

Les huiles essentielles et toutes les techniques dites « naturelles » ont le vent en poupe… 
Et il est souhaitable, de temps en temps, de rappeler certaines choses.

Professionnels du bien-être : complémentarité
En France, un aromathérapeute est un médecin. 
Dans nos métiers du bien-être, nous sommes des « conseillers en aromathérapie » ou autres titres présents sur nos certificats de formation. 
En aucun cas, nous n’avons les connaissances/compétences pour établir un diagnostic et soigner qui que ce soit. Nous ne sommes pas des professionnels de santé. 
Nous faisons de la prévention et nous accompagnons nos clients sur des problématiques diverses (stress, sommeil, digestion, préparation sportive…) pour les aider à continuer d’aller bien ou à aller mieux ; en mode « bonus » par rapport à tout ce qu’ils pourraient déjà mettre en place avec les professionnels qui les entourent (santé et/ou du bien-être).
 
Et il est bien évident (enfin je l’espère) qu’il nous faut avoir une responsabilité civile professionnelle pour exercer notre métier… Car en cas de dommages causés à un client (à la suite d’un de nos conseils), notre responsabilité pourrait être engagée si le lien de causalité est prouvé et reconnu par les magistrats. Dans ce cas, le professionnel mis en cause pourrait être condamné à indemniser son client, et sans responsabilité civile professionnelle… cette somme ne serait pas prise en charge par l’assurance mais à titre personnel.

Et en aroma ?
Selon son utilisation, une huile essentielle pure ou en mélange pourra relever d’un statut de complément alimentaire, de produit cosmétique, de parfum d’ambiance voire de dispositif médical. Et à chaque fois, une réglementation spécifique devra être respectée pour que l’huile essentielle ou le mélange soit mis sur le marché.
Pour ces raisons, et sauf si l’on est en accord avec la législation qui nous incomberait, il nous est totalement interdit dans notre cabinet de préparer pour notre client un stick inhalateur, un roll-on, une dilution ou un mélange d’huiles essentielles dans un flacon compte-gouttes, etc… 

La revente d’un produit commercial, si le statut de notre entreprise nous le permet est en revanche tout à fait possible. 
 
Les huiles essentielles n’étant inscrites ni au Formulaire national ni à la Pharmacopée, un pharmacien ou un préparateur n’est pas autorisé à faire des dilutions ou des mélanges d’huiles essentielles, en dehors des préparations magistrales (et donc avec une prescription médicale). Mais certains pharmaciens acceptent de faire les dilutions ou mélanges, souvent parce qu’ils ont fait une spécialisation en aromathérapie, pour nos clients qui ne seraient pas à l’aise avec cet exercice. 
Les huiles essentielles sont un concentré d’actifs 100% naturels à conseiller en étant parfaitement formé(e)… pour une utilisation en toute sécurité pour nos clients.
Car le 1er principe reste : ne pas nuire !

Stéphanie Garcel 
Formatrice en Aroma & Cosmétique naturelle chez ADNR Formations
Naturopathe/Réflexologue
https://bulles-zen-petillantes.fr