InformationsRéglementaire

Professionnel de la Naturopathie: Attention à votre site internet !

Professionnel installé ou Créateur de votre future activité, votre site internet fait partie de vos préoccupations ! Et c’est bien normal !

En quelques clics, il est publié…le monde entier peut le voir ! Encore faut-il qu’il contienne les mentions obligatoires applicables à tout site de professionnel en activité…

La DGCCRF mène une veille attentive régulièrement sur la toile, à la recherche des manquements et irrégularités, souvent résultats d’étourderies ou de la méconnaissance de la Loi.

A la fin de cet article, vous saurez comment mettre votre site en conformité !

Les 4 points de vigilance à avoir à l’esprit sont des mentions légales clairement identifiables, les cookies (pas les gâteaux bien sûr !), le RGPD (encore lui…), et un contenu irréprochable…

Reprenons tour à tour, chacun de ces points.

 

  • Les mentions légales

Elles doivent être clairement identifiables et le visiteur doit pouvoir les trouver facilement. Le mieux est de créer une page exclusivement réservée aux mentions légales et prévoir un lien vers cette page dédiée sur chacune des pages de votre site.

Mentions légales, quesako ?

Ce sont des informations dont l’objectif est de protéger l’utilisateur du site internet, futur client potentiel. Elles servent à identifier le responsable du site internet. En général, c’est le professionnel qui expose son activité, via ce site. Si le professionnel utilise les services d’un webmaster, l’identification du webmaster doit être indiquée.

L’identification consiste à donner les informations suivantes :

  • Le n° SIRET
  • Les coordonnées téléphoniques ;
  • L’adresse du siège social ;
  • Le nom du responsable de publication ;
  • Les renseignements concernant l’hébergeur du site (nom, dénomination ou raison sociale, adresse et numéro de téléphone).

Les mentions légales peuvent être rédigées comme suit :

Editeur du site :

– Nom de la société ou Nom, prénom de l’Entrepreneur Individuel,

– Forme de la société (SARL, EURL, SAS, SASU) ou Entrepreneur Individuel (même pour un micro-entrepreneur),

– Pour les sociétés, le montant du capital,

– Numéro SIRET et la ville de l’inscription du RCS, pour les sociétés et l’entrepreneur individuel inscrit au RC

– Adresse du siège social

– Nom prénom de la personne qui représente la société

– Moyen(s) de contact : courriel, téléphone ou formulaire du contact

Responsable des publications : Nom prénom et qualité du responsable

Hébergement du site : Nom de la société hébergeur, adresse, numéro SIRET

Allez vérifier votre site internet, pour être certain de ne rien avoir oublié !

 

  • Les cookies

Autre élément très important les mentions relatives aux traceurs installés sur l’ordinateur, téléphone ou tablette de l’utilisateur. Un cookie ou traceur est un mini fichier stocké.

Ces informations peuvent être à la suite des mentions légales.

ATTENTION, il est important que, dès l’arrivée de l’utilisateur sur votre site, un encart lui demande s’il accepte ou non les cookies ; lui permette de choisir parmi les cookies qu’il accepte ; enfin, s’il refuse les cookies strictement nécessaires (c’est-à-dire les cookies nécessaires au fonctionnement de votre site), l’encart doit exposer les conséquences de son choix (comme l’impossibilité de naviguer sur votre site).

 

  • La politique de confidentialité

Avec le développement d’internet et de ses différents services, la protection des données personnelles est devenue un enjeu crucial pour les entreprises et le consommateur. Le RGPD est venu en 2018 unifier la législation applicable à ce sujet, dans l’ensemble des pays européens, dont la France. Il vient renforcer les droits des citoyens et le contrôles des données personnelles.

Toute entreprise, tout entrepreneur, doit prendre les mesures et mettre en place les actions nécessaires pour garantir à leurs clients le contrôle et la sécurité de leurs données collectées.

Ainsi, la politique de confidentialité, ou encore charte de confidentialité, ou encore politique de protection des données personnelles, présente les engagements du professionnel en matière de traitement des données personnelles. Et ces engagements sont inscrits dans un document et sur une page de votre site internet.

Ce document doit détailler le/les modes de collecte(s), quels types de données sont collectés, le traitement (c’est-à-dire à quoi servent les données collectées), le but de ce traitement (c’est-à-dire pourquoi ces données sont collectées), et le processus de publication et de suppression des données.

Enfin, la politique de confidentialité doit exposer les moyens mis en œuvre pour protéger les données collectées et informer le consommateur sur ses droits relatifs à ses données personnelles.

Ces droits sont :

– droit d’être informé,

– droit à l’accès aux données collectées

– droit de rectification

– droit d’opposition

– droit de retrait du consentement

– droit à l’effacement de ses données

– droit à la portabilité.

Sur votre site internet, l’utilisateur doit pouvoir trouver facilement le moyen d’exercer ses droits. Ce moyen est le plus souvent un formulaire de contact et vous prendrez soin de répondre à toute demande dans un délai raisonnable, comme 48 heures par exemple.

Un tel document peut faire peur, de prime abord. Cependant, voyez-le plutôt comme le moyen de créer, de renforcer le lien de confiance entre votre entreprise et vos clients.

 

  • Le contenu de vos articles

C’est, peut-être, ce qui va vous demander le plus de vigilance. Les mentions obligatoires, une fois en place, plus besoin d’y revenir ou, alors occasionnellement.

Le contenu de votre site, vous devrez y être très attentif à chaque publication.

Réfléchir au vocabulaire employé.

En effet, la DGCCRF mène régulièrement des contrôles des sites internet des professionnels de la Naturopathie.

Tout vocabulaire employé qui pourrait laisser sous-entendre un lien avec une profession médicale ou des compétences en médecine du professionnel de la Naturopathie (qui par ailleurs n’est pas diplômé pour une profession médicale) peut amener la DGCCRF à sanctionner le responsable du site internet. C’est-à-dire vous !

Dès lors n’utilisez aucun mot à connotation médicale : soin, pathologie, traitement, patient, médicament, diagnostic, anamnèse, thérapeute, vertu, guérir, soigner…

Vous pouvez lire ou relire notre article sur le vocabulaire à employer, en cliquant ici

Soyez également vigilant, lors de la présentation de votre activité. Utilisez les termes de votre attestation de formation pour nommer votre activité. Ne dites pas que vous êtes Naturopathe, si vous avez suivi une formation d’accompagnant en hygiène de vie et naturopathie, par exemple.

Pour décrire votre activité, en quoi elle consiste, soyez factuel. Posez les limites de vos interventions et celles de la naturopathie. Vous accompagnez la personne, votre client, vers un mieux-être, en complément d’un suivi médical, selon son état de santé.

A la lecture de votre site internet, le lecteur doit comprendre sans ambiguïté aucune, en quoi consiste votre activité, votre formation, et le champ d’action de vos prestations.  L’objectif est d’éviter à tout prix des poursuites pour pratiques commerciales trompeuses ou, pire, pour exercice illégal de la médecine.

 

Alors, après la lecture de cet article, votre site internet est-il conforme ? ou faut-il y apporter des modifications ? N’hésitez pas à vous rapprocher du SPN si vous avez des questions !

 

Virginie VALLON
Formateur chez ADNR-Formations en Installation professionnelle
Coach en entrepreneuriat
Ancien Avocat au Barreau de Périgueux